L’instant qui conte

L’orage ou la charette embourbée

par Pierre Fresnault-Deruelle

Voir les articles connexes
Voir les articles par le meme auteur
Voir la biographie de cet auteur

BIOGRAPHIE

Pierre Fresnault-Deruelle est ex-Professeur à Paris 1 (sémiologie de l’image). Il est  désormais membre coopté  du groupe INTRU (Interactions, transferts, ruptures  artistiques et culturels) de l’Université François –Rabelais de Tours.  Il a  fondé le MUCRI en 1999, écrit une vingtaine de livres, dont L’éloquence des images, PUF, 1993,  Intelligence des affiches,  Editions Pyramyd, 2011, Hergéologie, Presses universitaires François-Rabelais,  2013. Il prépare une livre sur Edgar-Pierre jacobs et un autre sur l’iconographie politique.

L’instant qui conte

L’orage ou la charette embourbée

par Pierre Fresnault-Deruelle

Du haut de la butte qu’elle va bien finir par dépasser, la charrette tente d’avancer contre vents et marées. L’orage court, et les nuées s’amoncellent. Le soleil risque encore quelques rayons, éclairant, à droite, une déferlante de moutons affolés, à gauche, la tunique rouge d’un paysan qui s’arc-boute à l’arrière du véhicule. En tête de ce dernier, le bœuf, la tête relevée, regimbe devant la tempête. Le dos creusé, il meugle. Sur la charrette, deux femmes -une jeune fille et sa mère- se tassent, qui font le gros dos, tandis qu’au sommet de cet équipage une bâche claque au vent.

La toile de Fragonard est constituée de deux ensembles antagonistes : d’une part, la masse bleu-gris des nuages, qui file, ourlée ici et là de formations blanchâtres ; d’autre part, la charrette qui, embourbée, s’efforce, malgré tout, d’aller de l’avant. Cédant à la panique, et comme aggravant le mouvement général des nuées, les moutons dévalent du monticule, accompagnés par le reste d’un plus vaste troupeau. Par leur masse, ils font néanmoins partie du « socle » terreux sur lequel se tient la charrette dont la pesante silhouette dit la résistance au flux formidable de l’orage. Précaire et superbe conjonction d’un couple de forces opposées.

La ruée des coloris l’emporte sur le dessin des choses qui, bousculées, témoignent des libertés prises avec le rendu académique des apparences. La facture léchée Des heureux hasards de l’escarpolette ou du Baiser à la dérobée a été rejetée par le peintre qui abonde dans le sens de Roger de Piles, théoricien de l’ »accidentel »Auteur : Pierre Fresnault-Deruelle